Les animaux du jardin

Tous ceux que vous pensez bons…                …et les autres

Le jardin est un espace grouillant de vie. Il y a celle qui se voit et que vous connaissez probablement

(oiseaux, insectes, hérisson, grenouilles ou crapauds, …), mais il y a également une incroyable faune moins connue et moins visible et cependant indispensable au « bon fonctionnement » de votre espace préféré.



Nous commençons par une information qui nous semble capitale tant les erreurs sont nombreuses quant à l’identification de deux insectes : l’abeille et la guêpe.


Trop souvent en effet des clients nous demandent d’éviter les plantes attirant les guêpes. Or, les plantes n’attirent que les abeilles et si les guêpes les fréquentent, ce n’est que pour y installer un nid à la belle saison mais jamais pour butiner.


En revanche, une brique, un morceau de tuyau ou un jouet en plastique abandonnés en plein soleil, sont des emplacements qu’elles apprécient pour y installer leur colonie (photo du bas).


Sur les images ci-contre, vous pouvez bien voir la différence entre l’abeille (en haut) et la guêpe. Aucune confusion possible.

Sachez en outre que seule la guêpe s’intéresse à votre repas, car elle adore la viande et les mets sucrés qu’elle découpe en petits morceaux grâce à ses puissantes mandibules, puis emporte entre ses pattes. Attention donc pendant les repas !


Il faut savoir qu’il est extrêmement rare de se faire piquer par une abeille, insecte pacifique et clef de voûte du monde végétal (c’est elle qui assure la pollinisation de la plupart des végétaux).

Même en passant le bras au milieu d’une lavande envahie d’abeilles, celles-ci s’écartent courtoisement et reprennent leur activité sitôt le « calme » revenu.


La piqûre la plus courante est celle qui intervient lorsqu’une abeille a eu la malchance de se prendre dans les cheveux et que prise de panique elle se défend de la main qui tente de l’extraire.


La guêpe en revanche devient agressive dès qu’elle se sent menacée, le plus couramment lorsque l’on approche de son nid qui, s’il est très discret au printemps caché entre les feuilles, peut mesurer 10 à 12 cm de diamètre à la fin de l’été et compter une bonne centaine de pensionnaires (photo ci-contre). Dans ce cas, plusieurs guêpes peuvent attaquer et piquer…    …ça fait mal !


Il est facile de détruire un nid, en y projetant dessus un verre d’essence (type sans plomb 95, mais pas de gazole inefficace dans ce cas), de préférence tard le soir lorsque toutes les guêpes y sont rassemblées et un peu « endormies », ou tôt le matin. ATTENTION : l’essence brûle les tissus végétaux ! Cela ne tue pas un arbuste, mais le feuillage de la zone touchée.






Retour à l'accueil et pour ne plus avoir la trouille (suite)...