Les chenilles processionnaires du pin


Un mot d’ordre : ATTENTION !!!

Ce sont les larves d’un papillon de nuit thaumetopoea pityocampa


Elles ont toutes les qualités :


- Envahissantes, nuisibles, destructrices,

- Urticantes sur la peau et pour les voies respiratoires,

- Dangereuses pour les animaux (truffe, langue).


Mis à part ce petit détail (Madame la Marquise, serait-on tenté d’ajouter), ce sont d’adorables petites bêtes poilues qui se promènent à la queue-leu-leu dès les premiers beaux jours venus dans nos jardins en formant une longue procession pouvant atteindre plusieurs mètres de long.


Si votre pin contient des cocons, sachez que la chenille processionnaire ayant été déclarée « nuisible », il vous appartient vis à vis de la loi de faire le nécessaire pour les éliminer.


Plusieurs méthodes s’offrent à vous suivant vos capacités et votre façon d’appréhender le problème. Les anciens disposant d’un fusil et sachant viser trouvent une parade radicale en faisant usage de leur arme bien pointée sur le cocon incriminé !


Si vous êtes acrobate et/ou adepte de l’escalade, après avoir pris les précautions d’usage pour ne pas risquer de chuter, il est possible de couper la branche soutenant le cocon juste en dessous de celui-ci, puis de brûler ce dernier après l’avoir copieusement imbibé de gasoil (attention : pas d’essence ! C’est explosif !!!). Cette méthode rapide présente l’inconvénient de ne pouvoir s’appliquer sur les jeunes arbres qui sont déséquilibrés par l’opération. L’utilisation d’un échenilloir sur perche peut éviter un exercice d’équilibriste périlleux. Évitez de respirer les fumées lors de la « crémation », certains disant être incommodés par la présence des poils urticants qu’elles entraînent.


Quatre méthodes de lutte biologiques sont possibles :








La pulvérisation de bacillus thuringiensis (BT) qui s’attaque au système digestif des chenilles et les éradique. Cette pulvérisation peut s’effectuer à l’aide d’un souffleur/aspirateur en automne ou en fin d’hiver, mais l’appel à un spécialiste reste conseillé pour de meilleurs résultats.


Le piège à phéromones qui posé durant l’été à proximité des pins attire et piège les papillons mâles, limitant les possibilités de fécondation des femelles empêchant ainsi la propagation.


Enfin, tout faire pour favoriser la présence de leur prédateur naturel la mésange bleue, notamment en installant des nichoirs propices à son installation à proximité des arbres touchés ( pins, cèdres).



L’anneau piège auquel s’adjoint un sac récupérateur, facile à installer et efficace car il stoppe les chenilles dans leur descente et les piège dans un sac étanche, il présente néanmoins l’inconvénient de laisser les chenilles épuiser l’arbre durant l’hiver.


Retour à l'accueil Retour à conseils Retour à la faune