Ce que m’ont soufflé mes anges…


Quelques pages pour dire ce que je pense, exprimer mes sentiments, crier mes bonheurs ou déverser ma colère.

Au gré de mes humeurs, il y a ces deux petits lutins sur mes épaules, l’un me suppliant de « raison garder » et de fermer ma gueule, l’autre me poussant à la révolte, à crier à la fille qui hante mon esprit combien je voudrais qu’elle entende mon désir de bonheur ou à hurler face à la lâcheté de ce monde : «humains, réveillez-vous, ouvrez les yeux, quittez vos écrans conformisants, levez les poings et refusez la fatalité qui nous est sournoisement dictée !»


Je vous laisse deviner lequel a su me convaincre de m’exprimer…

Parfois en prose, parfois en vers, parce que j’aime bien de temps en temps, pour me marrer, des mots jetés comme ça, au gré de mon inspiration. Et si personne ne lit, tant pis, et si c’est nul, tant pis…    … c’est ma façon d’exorciser mes démons, mes « cracages », mes faiblesses. Ce sont les mots de mon cœur.


C’est en cliquant sur les divers mots de ce texte que mes écrits vous apparaîtront. Ils ne sont pas toujours politiquement corrects, mais ils sont sincères et j’espère surtout qu’ils sont le plus clair reflet de mon âme.


J’ai toujours essayé d’être sans concession envers moi-même et cela m’a permis de réussir en fonçant tête baissée là ou j’aurais échoué pitoyablement si je ne m’étais pas « auto-convaincu » de la possibilité de réaliser mes projets. Et des projets, Dieu sait (si il existe ???) que j’en ai !

Je ne me souviens pas de m’être éveillé un jour sans l’envie de réaliser un nouveau truc, de peindre, d’écrire, de planter un arbre, faire un nouveau massif, modifier une ancienne réalisation, une déco…    … d’aimer…

… je ne me souviens pas non plus de m’être endormi un soir sans auparavant avoir réfléchi au moyen de réaliser quelque chose, jusqu’aux rêves les plus fous qui ne verront (peut-être) jamais le jour.

Et même si j’ai pris des baffes et des retours de manivelle, même si certains ont tenté d’entraver ma marche, ma détermination est toujours restée.

Du coup, c’est pour ceux qui vivent avec moi autant un aspect enthousiasmant qu’un sacerdoce que d’accompagner ce bouillonnement cérébral permanent frisant parfois le ridicule autant que la démesure.

Mais je suis convaincu que mes rêves sont mon moteur, qu’ils soient d’amour ou « techniques » et le désir que j’ai de les réaliser, l’énergie que j’y emploie ne s’éteignent jamais.

C’est ma nature, celle que je revendique, celle que j’ai envie de porter et d’assumer autant que tous les travers que je me connais ou pas, qui hérissent les poils de certains et font rire les autres !!!


Quant aux autres « autres », ce sont mes amis…


                                                                        … na !